ANNEXE 1 A L'ARRETE DU GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE CLASSANT COMME MONUMENT L'IMMEUBLE SIS RUE DE L'ABDICATION 4 A BRUXELLES

 

Réf. cadastrale: Bruxelles, 6e division, section F, 1ère feuille, parcelle n° 33 x 3.

Description sommaire:

Située rue de l'Abdication 4, cette habitation bourgeoise de style Art nouveau fut commandée par les frères Georges et Louis Van den Heede à l'architecte Gustave STRAUVEN. Elle fut construite d'après un permis de bâtir daté du 25 janvier 1902 (Archives de la Ville de Bruxelles, TP 6386).

La maison présente deux travées de largeur inégale sur caves hautes, et deux niveaux sous une toiture en bâtière.

La façade, signée « G. STRAUVEN architecte», est animée par une succession irrégulière de bandes horizontales en briques blanches, briques rouges, et rehaussée d'éléments sculptés en pierre bleue d'Ecaussines. Ce mélange d'éléments colorés - où domine le blanc - compose une façade originale dont les niveaux se confondent.

La travée d'accès est inscrite, à partir du deuxième niveau, entre deux pilastres. Au-dessus de la porte d'entrée, une haute fenêtre rectangulaire munie de châssis à petits-bois se développe en continu pour assurer la transition entre les niveaux du rez-de-chaussée et de l'étage supérieur. Elle est surmontée de petites fenêtres jumelées, sur allège ornée d'un double vitrail coloré à motifs végétaux d'inspiration Art nouveau.

En travée principale, la fenêtre de cave est flanquée de minces piédroits en saillie qui se prolongent jusqu'à la hauteur de l'unique fenêtre en plein-cintre du bel étage. Une grille en fer forgé à entrelacs de style Art nouveau réunit également le niveau des caves semi-enterrées et celui du bel étage.

A l'étage, la travée principale est marquée par une imposante logette. La toiture plate de cette logette sert de terrasse à la monumentale lucarne dont la porte-fenêtre est précédée d'un garde-corps pansu en ferronnerie. Cette lucarne est flanquée de deux arcs-boutants qui se rejoignent pour fermer un arc de cercle. A gauche, la toiture est percée d'une petite lucarne à châssis à petits-bois.

L'immeuble conserve sa menuiserie d'origine: porte d'entrée, châssis à imposte à petits-bois et vitrage orange et rouge, corniches sur consoles. Seuls les châssis des fenêtres latérales de la logette ont été remplacés.

La façade arrière en briques est parcourue de liaisons métalliques verticales et horizontales apparentes (minces poutrelles métalliques). Elle est percée au niveau de l'étage d'une large fenêtre rectangulaire qui conserve son châssis en bois d'origine.

A l'intérieur, la maison conserve la répartition originelle des espaces (voir: Archives de la Ville de Bruxelles, TP 6386). Il s'agit de l'organisation verticale de l'habitation bourgeoise traditionnelle du 19e et du début du 20e siècle.

Dans le vestibule d'entrée, on accède directement à la remarquable cage d'escalier, pièce maîtresse de la maison. L'escalier relativement étroit témoigne d'une recherche décorative, le départ de rampe et les balustres de bois tourné de la première volée étant d'inspiration Art nouveau (sorte de mailles de forme géométrique). A remarquer le pavement en petites mosaïques colorées dans l'entrée ainsi que sur le palier du bel étage.

L'éclairage de la cage d'escalier est assuré par la série de fenêtres situées au-dessus de l'entrée ainsi que par un apport de lumière déversée par une petite verrière horizontale installée au niveau du toit. Depuis les trois paliers de la cage d'escalier, on accède aux différentes pièces de la maison. Les portes sont simples, mais d'origine (la huisserie des portes des piéces du premier étages est conservée).

Au-dessus du niveau des caves, le rez-de-chaussée surélevé (ou bel étage) est occupé par deux pièces qui ont subi quelques aménagements intérieurs (faux-plafonds, etc.). Les cheminées ont été détruites sur toute leur hauteur. A l'arrière, l'ancienne petite cour est actuellement occupée par une cuisine.

L'étage est occupé par deux chambres et une salle de bain située en façade arrière.

Il est probable que, à l'instar de la maison personnelle de l'architecte (également bâtie en 1902) sise rue Luther 28 à Bruxelles, les solives des planchers posent tous sur une structure de poutrelles métalliques en L,ancrées dans les mitoyens. Il s'agit d'un procédé technique moderne qui rappelle que Strauven était réputé pour ses recherches et ses nombreux brevets dans le domaine des techniques de construction.

Intérêt présenté par le bien selon les critères définis à l'article 206, 10 du Code bruxellois de l'Aménagement du Territoire:

Intérêt historique:

L'immeuble constitue un remarquable témoin de l'architecture Art nouveau dont Gustave Strauven fut par ailleurs l'un des principaux protagonistes.

Construit rue de l'Abdication, l'immeuble apparaît comme un véritable ornement dans ce secteur un peu moins privilégié du quartier des Squares (quartier Nord-Est) (Gédéon Bordiau, arch. - 1875). Ce quartier, qui de nos jours témoigne d'une valeur esthétique, historique et culturel indéniable, constitue l'extension résidentielle la plus typique de la fin du 1ge siècle bruxellois au-delà des boulevards, et l'une des plus belles réalisations urbanistiques de l'époque.

Le quartier est entièrement bâti d'élégantes maisons bourgeoises illustrant toutes les expressions architecturales de l'époque, avec une prédilection pour l'Art nouveau. Les constructions se situent en effet au tournant du siècle, durant ces années qui furent également celles de l'épanouissement de ce style avant-garde.

Intérêt esthétique et artistique:

Gustave STRAUVEN (1878-1919) est l'un des principaux représentants, à Bruxelles, de la seconde génération des architectes de l'Art nouveau.

Strauven se forme à l'architecture dans le bureau de Victor Horta (1896-1897), où il contribue à la finalisation de la Maison du Peuple et de l'hôtel Van Eetvelde. Tout en gardant les « leçons» de son maître, il développe un style personnel et original.

En 1899, après un stage chez Chiodera & Tschudy à Zurich, Strauven s'établit à Bruxelles comme architecte indépendant et devient un virtuose du style Art nouveau. Parmi ses plus importantes réalisations à Bruxelles, citons la maison Van Dijck (boulevard Clovis 1899-1902) et la maison Saint-Cyr (square Ambiorix, 1900-1902).

L'immeuble sis rue de l'Abdication 4 offre une façade remarquable, d'une extrême originalité, et est particulièrement représentative du style de Strauven.

Elle se distingue par la richesse de sa polychromie basée sur l'alternance de briques colorées, du fer et du vitrail, ce qui lui confère une impression de riche décoration. En jouant sur la disposition des briques, l'architecte réalise les saillies et les liaisons entre les éléments et laisse à la pierre un rôle limité au soubassement, aux consoles, aux linteaux étroits, c'est-à-dire là où eUe est irremplaçable (Borsi, Wieser, p. 145).

L'originalité de Strauven s'exprime également dans la ferronnerie de la baie du sous-sol, dont le dessin s'inspire de la ligne en « coup de fouet» apprise chez V. Horta, ainsi que dans le traitement de la lucarne monumentale flanquée de deux arcs-boutants, structurellement inutiles, et qui se rejoignent pour former une arc de cercle.

L'intérêt de cette façade est encore renforcé par la conservation de l'ensemble de la menuiserie Art nouveau d'origine, indissociable des éléments en métal qui contribuent à définir son caractère. L'Art nouveau donne en effet à la fenêtre et au châssis un rôle particulièrement important: traitée jusqu'alors comme un élément discret qui s'inscrit dans les proportions générales de l'édifice, le châssis propose ici d'originales divisions (petits-bois et verre rouge et orange).

Cette recherche décorative presque excessive et le vocabulaire architectural utilisé dans cet immeuble trouvera sa plus parfaite expression dans la maison qu'il dessine pour Georges de Saint-Cyr (square Ambiorix, 1900-1902).

A l'intérieur, les pièces relativement petites.. s'articulent de manière rationnelle à partir de la cage d'escalier. L'escalier proprement dit est d'inspiration Art nouveau, en parfaite harmonie avec les qualités esthétiques de la façade avant.

La façade arrière constitue quant à elle un bel exemple technique du caractère novateur de Strauven qui, à partir de 1900 et jusqu'à la Première Guerre mondiale, fit régulièrement breveter diverses inventions

Bibliographie: Lehé 1., « Gustave Strauven », dans: Maisons d'hier et d'aujourd'hui, n° 57, 1984; Loze P., Belgique Art nouveau: de Victor Horta à Antoine Pompe, Bruxelles, 1991 ; Borsi F., Wieser H., Bruxelles. Capitale de l'Art nouveau, rééd., Bruxelles, 1992; Architectes schaerbeekois. MaÎtres de l'Art nouveau. Francis Hemelsoet, Henri Jacobs, Gustave Strauven, SChaerbek, CRHU, 1993; Van Loo A. (dir.), Dictionnaire de l'architecture en Belgique de 1830 à nos jours, Anvers, 2003 ; Encyclopédie de l'Art nouveau, t. 1, Le quartier Nord-Est à Bruxelles, Bruxelles, 1999; Bruxelles, construire et reconstruire Architecture et aménagement urbain 1780-1914, Bruxelles, 1979; Heymans V., Le quartier des squares, n° 13, Bruxelles ville d'art et d'histoire (coll.), Bruxelles, 1993 ; F. Dierkens-Aubry, J. Vandenbreeden, Art nouveau en Belgique, Bruxelles, 1995.

 

Vu pour être annexé à l'arrêté du 3 0 MARS 2006

Le Ministre-Président du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargé des Pouvoirs locaux, de l'Aménagement du territoire, des Monuments et Sites, de la Rénovation urbaine, du Logement, de la Propreté publique et de la Coopération au développement,

 

Charles PICQUE

0 6 -04- 2006

Annexe 2 : Délimitation de la zone de protection

 

 L'Immobilière R.Poisse et Fils s.a. décline toute responsabilité quant aux informations disponibles sur ce site. Nous ne garantissons notamment pas leur qualité et leur justesse. En aucune manière, L'Immobilière R.Poisse et Fils s.a. ne peut être tenue pour responsable d'un quelconque préjudice, direct ou indirect, résultant de, ou en relation avec, l'utilisation des informations disponibles sur ce site. Copyright © 2006 Immobilière R.Poisse et Fils s.a. Tous droits réservés.

Conditions d'utilisation du site - Vie privée

Votez pour ce site au Weborama

Autorité de surveillance :
Institut professionnel des agents immobiliers
rue du Luxembourg 16 B, 1000 Bruxelles